Archive for avril 2012

L’huile essentielle de Saro (cinnamosma fragrans)

25 avril, 2012

L’huile essentielle de saro ou mandravasarotra (cinnamosma fragrans) est une huile essentielle récente dans la panoplie de l’aromathérapeute. Son nom vient du malgache et signifie « qui maintient le mauvaise chose au loin »…tout un programme.

Il s’agit d’une plante arbustive appartenant à la famille des cannellacées. Elle est endémique de Madagascar où elle utilisée traditionnellement pour ses propriétés thérapeutiques extraordinaires comme tonique avant un effort important et comme anti-poison.
Les racines sont utilisées contre la dysenterie, la toux et l’asthme. L’extrait liquide des feuilles est connu pour ses puissantes propriétés utiles pour traiter abcès et plaies.
Les décoctions des feuilles sont également utilisées en cas d’accouchements difficiles, pour les enfants trop maigres ou trop gros, ou pour protéger les personnes faibles contre les maladies.

La tribu des Tanala utilise le saro durant les luttes traditionnnelles entre hommes (Tolona) et durant les épreuves de forces contre les bœufs (tolon’omby). Les feuilles de saro sont bouillies avec des feuilles de « soafotsy » (Aphloia theaformis Benn Flacouritiaceae) un thé traditionnel. Les lutteurs boivent la décoction avant le combat.

Le saro offre une huile essentielle d’exception pleine de promesses. 
Elle contient une cinquantaine de molécules dont les principales sont:
1,8 cinéole 46 à 53 %
A-pinene 4 à 7 %
B-pinene 5 à 8 %
Limonene 2 à 4 %
Terpinène, 4 ol 3 à 5 %
Acétate de terpényle 2 à 3 %
Linalol 3 à 8 %
A-terpinéol 1,5 à 4 %

Il est intéressant de noter que l’huile essentielle de saro « contient généralement plus de 2% esters et environ 0,5% d’aldéhydes, fait assez remarquable par rapport aux huiles essentielles communément employées en aromathérapie. En effet, les huiles essentielles à prédominance d’eucalyptole (Niaouli, Eucalyptus…) contiennent rarement ce type de molécule à des pourcentages aussi importants. »
Simon Lemesle (
www.astérale.com)

Les principales propriétés de l’HE de saro sont :
– Antivirale
– Anticatarrhale et expectorante
– Antibactérienne
– Antifongique
– Neurotonique
– Astringente cutanée

Elle est indiquée dans les cas suivants :
– Infections virales et bactériennes des voies respiratoires (grippes, rhumes, sinusites, otites, angines)
– Infections urinaires et gynécologiques
– Infections cutanée (mycoses, herpès, zona, plaie)
– diarrhées, dysenteries, fermentations

– Asthénies profondes et générales
– Rides, vergetures, cicatrices

– Dépression

Contre-indications / toxicité
Il s’agit là d’une huile essentielle très douce qui pourra être appliquée pure sur la peau.

En cas de grossesse, ne pas utiliser durant les trois premiers mois.

 » Dans une société où les agressions psychiques et physiques sont inévitables, le saro nous offre une protection sans égale. Plante à grande énergie vitale,  le saro apparaît comme une véritable armure, un rempart […]. Tout les matins après la douche, l’application du saro sur les poignets réveille, motive et protège. On se sent courageux, protégé par cette fragrance, comme si tous les problèmes et les difficultés étaient partis, comme désempoisonné. » Simon Lemesle (www.astérale.com)

ETUDES SCIENTIFIQUES

– Composition biochimique et activité antimicrobienne (clic)

– Applications in health medecine (abstract)

 

À norter: les propriétés et indications mentionnées proviennent de différentes sources: ouvrages d’auteurs confirmés spécialistes en aromathérapie, sites internets de référence ou études scientifiques publiées.
Toutes les informations sont données à titre informatif, elles ne constituent aucunement une information médicale et n’engagent en aucun cas ma responsabilité. Elles ne remplacent ni substituent l’avis d’un médecin
Sources consultées pour cet article:
www.asterale.com

L’aromathérapie, se soigner par les huiles essentielles. Dominique Baudoux. Editions Amyris
.

L’aromathérapie familiale

20 avril, 2012

Mon arrière grand-mère connaissait bien les plantes médicinales et les gens de son village venaient chez elle chercher conseil pour soulager leurs maux.
Mes parents ont toujours privilégiés les plantes pour se soigner et pour soulager nos petits problèmes de santé au quotidien. L’alimentation aussi a toujours été notre principale médecine.  Aujourd’hui plus que jamais je me sens heureuse de ne pas avoir reçu une surcharge de substances chimiques, de pouvoir me venter d’avoir une trousse à pharmacie minimaliste et de n’avoir heureusement pas besoin de voir de médecins !

Le Dr. Jean Valnet écrivait dans son livre « L’aromathérapie »  que nous pouvons soigner la plupart de nos problèmes de santé avec des plantes et qu’exceptionnellement, dans les cas les plus graves, nous devons recourir à la médecine de synthèse.
Les grands progrès en pharmacologie datent d’il y a une centaine d’années seulement,  au XVème siècle les apothicaires étaient appelés « aromatherii » et leurs étagères contenaient plus de 100 huiles essentielles. Il me semble donc important de rappeler qu’avant cela et durant des milliers d’années l’humanité à eu recours à la nature pour se soigner et que la figure du médecin tel que nous la connaissons aujourd’hui est également très récente.

Dans nos familles, au moins un de nos arrières grands-parents voire même de nos grands-parents disposaient d’un minimum de connaissances des plantes médicinales utiles pour traiter les problèmes de santé au quotidien. Aujourd’hui la plupart des familles ont remplacé les jolis pots en céramique avec le nom des plantes écrits dessus par des boites en carton remplies de capsules ou comprimés à base de chimie de synthèse dépourvue de vie mais riche en effets secondaires.

 Lire  la suite