La chimie des huiles essentielles vue par Marc Ivo Böhning

L’aromathérapie scientifique se base sur des données scientifiques et notamment sur la connaissance des molécules qui composent les huiles essentielles.

La plupart de ceux et celles qui aujourd’hui utilisent les huiles essentielles au quotidien pour se soigner mais aussi les aromathérapeutes et tous ceux qui sentent une grande passion pour les huiles essentielles ont dû à un moment donné  essayer de comprendre et d’intégrer cet aspect « scientifique » et notamment la biochimie des huiles. Ils se sont probablement trouvés, non seulement face à la complexité des huiles essentielles mais aussi face à la complexité de la chimie en elle même…nous ne sommes pas tous des biochimistes et pour un grand nombre d’entre nous les cours de chimie ont fini aux oubliettes !

C’est donc avec beaucoup d’intérêt que j’ai découvert la vision de Marc Ivo Böhning, aromatologue, formateur et écrivain en Suisse.
Je vous invite à la découvrir avec une certaine ouverture d’esprit et de prendre le temps réfléchir au message de Marc Ivo Böhning. Personnellement je partage sa vision, elle correspond à mon vécu et à mon expérience.

 

Intervention au 12e Symposium international d’aromathérapie et plantes médicinales de Grasse 2010
Article édité dans la revue  » Phytothérapie  » de Springer.

« La chimie a des raisons essentielles de côtoyer la culture, la distribution et la prescription des huiles essentielles. Mais si elles ont encore de bonnes raisons de vivre ensemble, le mariage entre la chimie et l’aromathérapie est plombé d’erreurs conceptuelles qu’il faudra résoudre. Sinon la sécurité et l’efficacité de la prescription en souffriront.

La compréhension de ces erreurs nous aidera à comprendre que voir des huiles essentielles comme des ensembles de molécules est faux. On ne peut pas simplifier de la sorte la complexité des simples, mais surtout on s’enferre à utiliser un système erroné quant à la toxicité ou la prédiction d’effets.

Il nous faudra, pour avoir une chance d’être justes, non pas retourner à la prescription d’huiles essentielles plutôt que de molécules, mais évoluer vers la prescription d’huiles essentielles plutôt que de molécules. Et surtout nous distancier d’un outil de compréhension chimique qui n’est plus à jour. »

Pour lire la totalité de l’article clic ici ou télécharger en pdf ici

Publicités

Étiquettes : ,


%d blogueurs aiment cette page :