Archive for the ‘Inspirations’ Category

Le courage….

26 juillet, 2013

accueil2

J’ai trouvé cet article sur le courage de vivre consciemment, publié sur le Blog « Le Plaisir d’Être soi-même ». Il s’agit d’un texte traduit de l’anglais par l’auteur du Blog, Vincent Jousse. Dans cet esprit de partage que lui même possède j’ai souhaité inclure cet écrit qui m’a semblé très inspirateur !


J’en profite pour nommer quelques huiles essentielles à sentir pour nous aider à réveiller ce courage dont nous avons tant besoin et à nous soutenir dans notre voyage héroïque :

– L’indispensable laurier noble : le courage, le héroe, le vainqueur, la confiance en soi

Et puis :

– Cèdre de l’Atlas : la force, la puissance
– Katrafay : la vitalité, la puissance
-Iary : le courage et la force de franchir le pas (En Malgache cet arbre est appelé Dingadingana qui signifie « franchir le pas »
– Néroli : la motivation
– Ravintsara : la volonté
– Romarin verbénone : la confiance en soi, la volonté
– Saro : la protection, la volonté
– Sauge d’Espagne : la protection

Voici le premier paragraphe, la suite est à lire directement sur le blog de Vincent Jousse « Le Plaisir d’Être soi-même« , bonne lecture ! :

La sécurité est avant tout une superstition. Elle n’existe pas dans la nature, et aucun enfant des hommes n’en a jamais fait l’expérience. Éviter le danger n’est pas plus sûr à long terme que de s’y exposer purement et simplement. Pour faire face au changement et se comporter comme des esprits libres en présence du destin, rien ne peut vaincre la force. –Helen Keller

Dans notre vie de tous les jours, la vertu d’avoir du courage n’est pas vraiment mise en avant. Le courage est une qualité réservée aux soldats, aux pompiers et aux activistes. La sécurité est ce qui compte le plus aujourd’hui. Peut-être vous a-t-on appris à éviter d’être trop audacieux ou trop brave. C’est trop dangereux. Ne prends pas trop de risques. N’attire pas l’attention en public. Suis les traditions familiales. Ne parle pas aux étrangers. Fais attention aux gens suspects. Reste en sécurité.

Mais trop mettre l’accent sur l’importance de la sécurité personnelle dans votre vie a pour effet de bord celui de vivre en « réagissant ». Au lieu de vous fixer vos propres buts, de mettre en place des plans pour les achever, et de vous y donner à fond, vous jouez la sécurité. Vous continuez à travailler à votre emploi stable, même s’il ne vous convient pas. Vous restez dans une relation insatisfaisante, même si vous vous sentez complètement mort au fond de vous, comparé à la passion que vous avez pu avoir autrefois. Qui êtes-vous pour croire que vous pouvez renverser l’ordre établi ? Acceptez ce que la vie a bien voulu vous donner, et faites de votre mieux. Suivez le courant et ne faites pas tanguer le bateau.Votre seul espoir est que les courants de la vie vous emmenent dans une direction favorable.

-> Lire la suite

Rencontrer les plantes …

20 avril, 2013

J’ai eu récemment l’opportunité d’assister à un stage très spécial animé par deux enseignants tout aussi spéciaux ! Je souhaite partager cette belle expérience avec vous. 

Christian Escriva et Jean-Michel Florin sont les auteurs d’un merveilleux livre que je vous recommande vivement de lire : « Rencontrer les plantes, approche selon la méthode de Goethe » (Amyris).

Le stage était inspiré de ce livre et animé par les auteurs qui nous nous ont invité à nous ouvrir à nouveau à la nature, à nous approcher des plantes sous le signe de l’étonnement et de l’émerveillement afin de pouvoir percevoir leur toute particulière réalité. Il s’agissait d’une rencontre en toute simplicité  et humilité qui réclamait la mise en suspend de notre mental et de nos connaissances pour ne pas tomber dans notre irrésistible tendance à tout vouloir étiqueter, classer et nommer.

lerins_fr_1

L’environnement choisi par les auteurs était la très belle  île de Sainte Marguerite située à 15 minutes au large de Cannes.

lerins_ce1Christian Escriva est producteur de plantes médicinales dans l’arrière-pays niçois depuis 30 ans. Il anime des formations de phyto-aromathérapie et il  cogère la société  Le Gattilier.

Il est l’auteur de deux autres livres : « Précis de phytothérapie, extraits de gemmothérapie et teintures mères » et  » Les huiles essentielles corses », c’est ce dernier qui a fini par me convaincre que je devais rencontrer et les plantes et Christian Escriva !

 
Jean-Michel Florin est coordinateur du Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique ; il est formateur, conférencier et écrivain et également co-rédacteur de la revue Biodynamis.

Il est codirecteur de la Section d’Agriculture de l’Université libre de science spirituelle du Goetheanum (en  Suisse). Ces travaux de recherche portent sur les plantes médicinales, la méthode scientifique de Goethe et le paysage. Là aussi aprés lecture du livre “Rencontrer les plantes”, je me réjouissais  d’avoir la chance d’écouter ce grand expert de l’approche de Goethe.lerins_jmf

Il y a certes bien longtemps que je ne considère plus le monde végétal comme un monde « inferieur », je crois bien que je ne l’ai jamais considéré comme tel ! Mais après ce stage j’ai définitivement pris un tournant et j’ai pu sentir qu’il n’existe pas de séparation et j’ai pu entrer en contact avec le monde végétal comme jamais auparavant.

Lorsque Christian Escriva nous a expliqué l’essentiel de la métamorphose des plantes je n’ai pu éviter de penser à quel point nous leur ressemblons. Nous vivons les mêmes luttes, nous devons vivre dans un environnement plus ou moins favorable à notre épanouissement, nous devons nous adapter à lui et au final nous parcourrons un  chemin similaire qui nous mène vers plus de subtilité, vers la lumière (de la conscience). Nous aussi sommes des êtres qui se métamorphosent ! (certains plus que d’autres, soit !). Nous aussi sommes des êtres destinés à fleurir !

Visiblement j’avais compris cela il y a plus de 10 ans lorsque j’ai choisi le nom de mon site, basé sur un jeu de mot catalan « Flor-Esser » qui signifie « Fleur-être »…et phonétiquement « Fleurir » en espagnol…

Tout est finalement très simple ! Il nous faut nous approcher de la plante avec tous nos sens en éveil, comme le font les enfants, sans préjugés, sans attendre rien de particuliers, sans rechercher rien de concret.

Goethe a écrit dans  Maximes et Réflexions, « …et il a ajouté  « l’homme en lui-même, dans la mesure où il fait usage de ses sens sains, est l’appareil physique le plus grand et le plus exact qui puisse exister. »

lerins_smyrnium

Il est nécessaire d’écarter notre mental pour pouvoir saisir la totalité de la plante observée. Il est urgent de faire à nouveau confiance à nos sens, l’odorat, le goût, la vue, le toucher et même l’ouïe, nous aideront, avec un peu de pratique, à percevoir l’image de la plante dans sa totalité et nous révéleront son message secret.
Rudolf Steiner a dit que « l’homme est l’organe au travers duquel la nature dévoile ses secrets « .

Le moment le plus révélateur et enrichissant du stage fut, pour moi, l’observation de la plante en groupe. Au cours de ce travail d’observation il nous était demandé de dessiner la plante observée.
lerins_grp

La plante choisie poussait en abondance sur l’île, il s’agissait du maceron (smyrnium olusatrum).

Sans connaître cette plante nous avons pu découvrir que nos sens au travers de l’observation attentive nos fournissaient une grande quantité d’information très riche et convergente.

C’est vraiment étonnant de le vivre, la reconexión avec la reconnexion la Nature en est facilité, car tout notre être réclame cette reconnexion avec notre Nature profonde.

Je remercie très profondément cette très belle rencontre.

lerins_estanque

Et pour tous ceux qui souhaitent continuer à s’émerveiller :


Petite conférence de Stéfano di Mancuso

« L’intelligence des plantes »

***
Documentaire « l’esprit des plantes » (Arte)

***

Les stages Proposés para le Mouvement de l’Agriculture Bio Dynamique (MABD)

Les plantes médicinales et alimentaires (les ombellifères)
par la botanique goethéenne et la peinture
12 au 17 Juillet 2013
+ Info

***

Les Plantes Médicinales
14 et 15 Septembre 2013
+ Info

***

Les stages de Christian Escriva
+ Info

L’intelligence des plantes, Stefano Mancuso

8 juillet, 2012

Les plantes n’ont pas fini de nous surprendre ! L’être humain à sûrement beaucoup à apprendre d’elles. Dans une interview, le Professeur Stefano Mancuso, fondateur du Laboratoire International de Neurobiologie des Plantes, parle de l’intelligence des plantes et fait référence notament aux molécules volatiles que certaines plantes fabriquent spécialement dans un but de communication…Voici de quoi nous faire réfléchir encore d’avantage sur les messages que ces mystérieux être vivant pourrait vouloir nous faire parvenir.

« Les plantes sont des communicateurs étonnants. On le sait depuis plus d’un quart de siècle. Les plantes communiquent avec des molécules volatiles, qui sont utilisées pour transférer de l’information aussi bien à l’intérieur de la plante elle-même que vers les autres plantes.

Les interlocuteurs peuvent être des plantes du même clan (on a pu démontrer que les plantes sont capables de distinguer les membres de leur « famille » des étrangers et peuvent ajuster leur comportement en conséquence), d’autres plantes de la même espèce, d’autres plantes d’espèces différentes et enfin, d’autres espèces non-plantes depuis les bactéries jusqu’aux mammifères. De nombreux moments de la vie d’une plante sont totalement dépendants de l’efficacité de ce système de communication complexe.

La pollinisation croisée est un bon exemple. La plante doit être capable d’attirer le « vecteur » pour le transport du pollen (il ne s’agit pas seulement d’insectes mais aussi de reptiles, d’oiseaux et de mammifères) et de lui donner en échange pour ce service une récompense sous la forme d’une substance énergétisante sucrée connue sous le nom de nectar. Le système complet de la pollinisation peut être décrit comme un marché avec des clients (insectes ou autres vecteurs), des acheteurs (les plantes), des bannières (les fleurs colorées), des promotions attirantes (les parfums) et aussi parfois, des publicités mensongères (comme ces orchidées qui trompent des insectes en imitant les signaux de séduction de leurs femelles).

Le plus excitant est que nous en sommes au tout début de l’histoire, nous commençons à peine à comprendre à quel point le système de communication des plantes est évolué. Jusqu’à maintenant, la recherche a essentiellement porté sur la détermination des substances chimiques utilisées par les plantes pour communiquer entre elles mais je suis, pour ma part, convaincu que les plantes sont aussi capables d’utiliser d’autres systèmes de communication dont nous n’avons pas idée.

Les années à venir pourraient bien nous valoir bien des surprises et des changements dans notre façon de voir les choses. »

(Source : annagaloreleblog.blogs-de-voyage.fr)

Je vous invite à voir également une courte vidéo de Stefano Mancuso qui nous parle de ce sujet absolument passionnant !

« Vous êtes un passant »

31 octobre, 2011

Hier je suis tombée  « tout à fait par hasard » sur un écrit qui m’a touché et qui m’a beaucoup inspiré pour le reste de la journée.
Dans la petite chapelle d’un tout petit village caché aux pieds du Luberon, Sivergues (qui se trouve comme l’indique la photo « au bout de la route »), j’ai lu ceci:

Si vous lisiez, par exemple, non pour être confirmé en ce que vous pensez, mais pour sortir de votre sommeil.
Lire, c’est partir,  accueillir. Hélas ! Ce que l’on veut souvent sans le dire jamais, c’est s’abriter, prendre, s’enrichir, sans aucun risque. Car n’avoir jamais été bléssé, réveillé, mis en marche, en joie par un livre, c’est n’avoir jamais lu. Quel temps réservez-vous à votre nourriture spirituelle ? Où la prenez-vous ?
Êtes-vous capable de solitude ?
On meurt seul dit Pascal. On vit seul aussi pour l’essentiel.
Réservez-vous quelques heures pour aller marcher sous les arbres ou le long de la mer. Regardez-vous dans votre vérité. 
Vous êtes un passant.
Ce qui est à vous ne vous appartient pas.
Dépositaire provisoire : tout ce que vous êtes.
Quand je dis: vous,  c’est aussi bien : je, moi, n’importe qui.
Qui que vous soyez, vous n’êtes pas important.
Vous donnez trop d’importance à la réussite. Ce que vous nommez échec, n’en ait un que si vous le décidez.
Vous dites que vous êtes irrémediablement blessé par le passé.
Cela dépend de vous à l’instant même.

Et je découvre l’auteur: Jean Sullivan et le titre du livre d’où est extrait ce texte: Bloc-Notes.
Plus tard, à la maison je fais quelques recherches et je découvre que Jean Sulivan est le pseudonyme de Joseph Lemarchand un prêtre catholique né le 30 Octobre 1913, c’est-à-dire il y a 98 ans jour pour jour, décédé en Févier 1980.

J’ai beaucoup aimé lire ce texte, il m’a nourrit spirituellement et a réouvert mon appétit spirituel. Très souvent lorsque la faim spirituelle s’appaise, on oublie  de continuer à se nourrir croyant que cette partie de nous même, notre esprit, ne peut mourir de faim…et pourtant !

Il y a tant de lectures capables de nourrir l’ âme …à la fois baumes et aliments, source d’inspiration pour le coeur, pour l’esprit et qui nous font nous sentir bien mieux. J’apprécie tout particulièrement ces écrits qui semblent apparaître tout à fait par hasard mais qui résonnent profondément en moi !
Merci donc à Jean Sulivan, pour ces belles pensées qui m’ont nourrit et inspiré.

 

La gratitude

18 octobre, 2011

«Une simple pensée de gratitude dirigée vers le ciel est la plus parfaite des prières.» G.E Lessing

La gratitude est un sentiment magique capable de transformer profondément notre vie. Pourtant nous avons souvent du mal à nous connecter à ce merveilleux sentiment surtout lorsque nos pensées sont centrées sur le manque, l’insatisfaction, la frustration.

Lorsque nous sentons que notre vie ne nous satisfait pas, lorsque nous ne sommes pas heureux, lorsque nos pensées sont négatives, lorsque nous sentons de la colère, lorsque nous nous sentons déprimés, alors il est temps de s’accrocher à ce que nous avons tous de plus précieux en nous: la vie.
Il est temps de dire « Merci la vie ».
Parfois j’entend : « merci la vie? …quelle vie de merde…rien à remercier »!.
Pourtant il suffit de changer le regard que l’on porte sur la vie et sur nous-même  pour parvenir à nous connecter à la gratitude et à pouvoir l’exprimer dans son coeur.

 Lire la suite 

La spiritualité c’est développer les qualités du coeur.

20 septembre, 2011

Ani Choying Drolma est une nonne népalaise, elle est connue dans le monde entier pour ses chants de mantras.
Elle a été interviewée lors de son passage à Barcelone en 2007 par Inma Sanchis pour le journal quotidien LA VANGUARDIA.  

Dans cette interview les paroles de Ani Choying reflètent les plus puissantes qualités du coeur qui soient : le pardon, la compassion, l’amour inconditionnel, la générosité, l’altruisme.

Son témoignage est un exemple de la capacité propre à l’être humain de surmonter et de transformer les expériences douloureuses et de leur donner un sens.

Tous les êtres humains sont fait pour suivre le chemin de l’amour et  pour développer les merveilleuses et puissantes qualités humaines. La décisión d’entreprendre ce voyage lui appartient et il est libre de faire ce choix.

Voici donc cette interview (que j’ai librement traduit de l’espagnol), qui m’a beaucoup inspirée à l’époque et que je retrouve et partage avec beaucoup de joie.

Je vous invite à lire cette interview tout en écoutant la voix de  Ani…votre cœur et votre âme seront comblés !
Cliquez ici pour écouter un de ses plus beaux chants.
Il s’agit du mantra de la Compassion de Bouddha. Ani dit que son pouvoir est très fort, il nous ouvre à la capacité de développer notre propre compassion à travers de laquelle nous pouvons non seulement nous guérir mais aussi guérir autrui. Guérir ici sous-entend guérir nos coeurs, nos âmes.

Pour en savoir plus sur Ani Choying Drolma visitez son site: www.choying.com

 Lire la suite

Un vrai boudin !

15 septembre, 2011

MARCEL BELIVEAU
Extrait de « 52 petites choses qui font de grandes différences dans la vie ».

Nul n’est parfait et nul n’a l’obligation de l’être.

Soyez doux et compréhensif avec vous-même. Vous le serez avec les autres.

Soyez serein. Au saut du lit, la première chose à faire c’est de vous regarder dans la glace. Faites-vous un large sourire, même si vous n’avez pas encore mis vos prothèses dentaires.

Regardez la tête que vous avez ! Faites-vous une grimace, moquez-vous de vous-même, tirez la langue, regardez vos cheveux en broussaille, vos yeux boursouflés…

Dites-vous bien que le visage que vous voyez c’est le vôtre, c’est le même que vous allez montrer à des centaines de personnes que vous croiserez durant la journée.

Acceptez et aimez ce visage car c’est le vôtre. Rien ne peut le changer. Vous n’êtes pas Mel Gibson ni Claudia Schiffer, et après. (C’est dommage peut-être, je vous l’accorde, mais c’est ainsi, et puis après…)

Ma déclaration d’Estime de Moi, Virginia Satir

15 septembre, 2011

Virginia Satir (1916-1988), psychothérapeute américaine reconnue comme charismatique et particulièrement douée dans son domaine (thérapie familiale) par nombre de ses confrères, est l’un des trois principaux thérapeutes, avec Milton Erickson et Fritz Perls, dont la pratique a été modélisée par Richard Bandler et John Grinder pour créer la P.N.L. (Programmation Neuro-Linguistique).

Je suis moi.
Dans le monde entier, il n’y a personne exactement comme moi.

Certains possèdent des éléments semblables aux miens, mais personne ne les rassemble exactement de la même manière que moi.

Par conséquent, tout ce qui vient de moi est authentiquement mien,
parce que moi seul en ai fait le choix. 

Je reconnais comme mienne ma personne entière :
mon corps, y compris tout ce qu’il fait ;
mon esprit y compris toutes ses pensées et toutes ses idées ;
mes yeux, y compris les images de tout ce qu’ils aperçoivent ;
mes sentiments, peu importe leur nature – colère, joie, frustration, amour, déception, excitation – ;
ma bouche et tous les mots qui en sortent – polis, aimables ou grossiers, bienséants ou malséants – ;
ma voix douce ou criarde ;
et toutes mes actions qu’elles concernent les autres ou moi-même. 


 
 Lire la suite …

Le poison de Lee

15 septembre, 2011

Il y a très longtemps, une jeune chinoise nommée Lee se maria et s’en alla vivre avec son époux et sa belle-mère. 
À peine quelques jours après son installation elle constata qu’elle ne s’entendrait pas du tout avec sa belle-mère. Leurs personnalités étaient très différentes et les habitudes de la belle-mère irritaient fortement Lee et elle la critiquait sans cesse. Les mois passèrent et Lee et sa belle-mère se fâchaient de plus en plus souvent.

Lee était vraiment très contrariée d’autant plus que la tradition chinoise dit qu’une belle-fille doit prendre soin de sa belle-mère et lui obéir aveuglément.

Lee ne supportait plus de vivre ainsi et pris la décision de visiter un ami de son père.
Celui-ci, après l’avoir écouté, lui donna un sachet contenant des herbes et lui dit : « Tu ne dois pas les utiliser en une seule fois pour te défaire de ta belle-mère sinon tu pourrais être suspecté. Tu dois lui faire prendre les herbes régulièrement et celles-ci empoisonneront ta belle-mère lentement.
Tous les jours tu mettras une pincée dans sa nourriture. Ainsi personne ne te suspectera lorsqu’elle sera morte, tu dois faire très attention et la traiter avec amabilité. Ne te fâche pas avec elle, aide-la à résoudre ses problèmes. Et n’oublie pas, tu dois faire ce que je viens de te dire et bien suivre mes indications .»  

Lee répondit « Oui Mr. Huang, je ferais tout ce que vous m’avez indiqué. »
Elle remercia Mr. Huang et reparti retrouver son époux et sa belle-mère.

 Lire la suite…